Le 22 janvier 2017, nous recevions en tant que « personnalités sensibles à la judiciarisation du processus politique en Catalogne » un courriel de l’Assemblea Nacional Catalana (ANC) nous invitant à Barcelone afin d’assister au procès de l’ex-président catalan Artur Mas et des deux ex-conseillères Joana Ortega et Irene Rigau, du 6 au 10 février 2017. Constatant l’utilisation de plus en plus débridée que fait Madrid de ses tribunaux afin de régler une question éminemment politique —celle du droit à l’autodétermination de l’une de ses régions, l’ANC s’était mise en quête d’appuis internationaux. Le professeur de droit civil et directeur de la Chaire Mutations de l’action publique et du droit public à Sciences Po (Paris), Jean-Bernard Auby, et l’auteur, journaliste et politologue allemand Raul Zelik, spécialiste de la question basque, étaient les deux autres observateurs présents.

Nous avons séjourné du 5 au 10 février dans la capitale catalane où l’ANC nous a organisé un agenda intensément chargé de rencontres avec les leaders politiques, diplomatiques et militant-es de la Catalogne. Des représentant-es de tout le spectre politique ont été invité-es à nous rencontrer.

L’accès au tribunal nous ayant finalement été refusé, faute d’espace suffisant, nous n’avons malheureusement pas pu assister au procès. Cependant, les nombreuses rencontres organisées par l’ANC nous ont permis de produire un rapport d’observation plus global sur le contexte politique dans lequel il s’inscrit.

Téléchargez le rapport complet