Blogue

Contributions militantes

ON doit-il présenter une candidature dans Gouin?

ON doit-il présenter une candidature dans Gouin?

Des militants d'Option nationale s'interrogent sur l'opportunité de présenter un candidat ou une candidate dans Gouin. Répondre à cette question suppose qu'on fasse une analyse de la situation non pas en se laissant séduire par le chant des sirènes qui, comme le veut la légende, amenaient les bateaux des marins à se fracasser sur les récifs, mais en se référant à des principes fondamentaux de l'action politique. Qu'un candidat de Québec solidaire adopte une posture indépendantiste ne change pas le programme de ce parti qui ne propose pas aux électeurs de voter pour l'indépendance mais plutôt de voter pour une politique provinciale progressiste.

Dans cette réflexion, il faut d'abord tenir compte de l'histoire d'Option nationale qui, depuis sa fondation, a présenté des candidats-es à toutes les élections partielles. Pourquoi ce qui était vrai hier ne le serait plus aujourd'hui? Déroger à cette règle dans Gouin signifierait qu'ON met en doute sa propre pertinence sur la scène politique et accepte à l'avance de se rallier à un autre parti sans qu'il y ait eu de négociation véritable, ni de changements significatifs dans l'orientation de QS. Cela voudrait dire qu'on reconnaît que les différences entre les deux partis sont tellement minimes et qu'elles ne justifient pas de concurrencer QS sur le plan électoral. Après un tel aveu, ON n'aura plus grand chose à négocier.

Il ne s'agit pas de savoir si nous convergeons sur le mode de scrutin, sur la politique environnementale ou sur les politiques sociales, mais de savoir comment nous pourrons continuer à faire la promotion de l'indépendance avant, pendant et après les élections. La raison d'être fondamentale d'Option nationale est d'offrir aux électeurs la possibilité de voter d'abord pour l'indépendance pour réaliser un projet de société et non pas l'inverse. Dans nos discours, il n'y a jamais eu d’ambiguïté, il n'y a pas de « peut-être que oui, peut-être que non », « plus tard, on verra » « l'indépendance si nécessaire, mais pas nécessairement l'indépendance ». Jusqu'à maintenant, les dirigeants de QS n'ont jamais soutenu qu'un vote pour leur parti était un vote pour réaliser l'indépendance et ils n'ont pas mobilisé de ressources pour faire activement la promotion de l'indépendance auprès de leurs membres et du public.

C'est au nom même de la démocratie qu'ON doit être présent dans l'élection de Gouin. La raison d'être des élections est de permettre à tous les électeurs d'exprimer leurs convictions politiques. C'était la raison pour laquelle nous avons participé à toutes les élections partielles jusqu'à présent : offrir aux indépendantistes la possibilité de voter selon leurs convictions. De nombreux indépendantistes ont préféré faire confiance au Parti québécois pour porter leur espoir de faire une pays. Or, dans Gouin le PQ, pour des raisons tactiques, a choisi de ne pas présenter de candidat ce qui laisse de nombreux électeurs orphelins. Même QS a reconnu l'incongruité de ce choix et a dit souhaiter que le PQ présente un candidat justement pour que les électeurs aient une diversité de choix et aient la possibilité de s'exprimer. ON peut parfaitement remplir ce rôle et remplacer le Parti québécois dans cette fonction de représentation des partisans de l'indépendance du Québec.

La diversité des options offertes aux électeurs est un des fondements de la démocratie et il ne serait que légitime et normal que les électeurs de Gouin qui sont indépendantistes mais qui ne veulent pas voter pour QS puissent choisir un autre parti au lieu de s'abstenir. L’absence du Parti québécois permettra à ON de profiter d’une plus grande visibilité médiatique et de ne plus être dans l’ombre.

Le contexte dans Gouin est particulier car il n'y a pas de risque que le PLQ prenne ce comté, pas plus que la CAQ. Puisqu'une campagne électorale est le lieu par excellence du débat politique, la présence d'un candidat d'ON  pourrait favoriser la conversation et la clarification des positions de QS sur la question nationale ce qui serait un atout dans les discussions sur une éventuelle convergence. Converger ne veut pas dire s'effacer, mais élaborer une position commune. Pourquoi ne pas expérimenter ce processus délibératif dans une élection partielle où on pourra débattre des similitudes et des différences et laisser aux électeurs le dernier mot?

Partager:

Politicologue, professeur et essayiste, Denis Monière est docteur en science politique de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Militant au sein du Rassemblement pour l'indépendance nationale (RIN) et du Parti québécois, il fonde le Parti nationaliste du Québec en 1983. Il est aujourd'hui professeur titulaire au département de science politique de l'Université de Montréal.

Des idées claires

Notre programme

Prenez le temps de lire notre programme politique afin de vous faire une idée sur ce qu'Option nationale peut faire afin de rendre le Québec plus fort et indépendant.

Toujours en mouvement

Notre équipe

Option nationale est composé de militants de partout au Québec, tous animés par des objectifs communs : promouvoir et réaliser l'indépendance du Québec!

Contributions militantes

Notre blogue

Vous trouverez sur ce site des textes argumentaires et d'opinion sur des sujets variés qui démontrent l'urgence de prendre notre avenir en main et de réaliser l'indépendance du Québec.