Blogue

Contributions militantes

Chroniques catalanes-15 Vers une démocratie clandestine?

Chroniques catalanes-15  Vers une démocratie clandestine?

Chroniques catalanes-15

Vers une démocratie clandestine?

L'État espagnol a choisi la stratégie de la tension pour dissuader les Catalans de se présenter aux bureaux de scrutin dimanche prochain. Fait inédit dans une démocratie, les citoyens ne savent pas, deux jours avant le scrutin, s'ils pourront exercer leur droit de vote. La rumeur veut que les policiers s'apprêtent à cadenasser les portes des écoles pour empêcher que le référendum ait lieu. Les Catalans avec qui je parle, sont déterminés à exercer leur droit fondamental de voter et de décider de leur avenir politique. Ils nous expliquent que les organisations de la société civile seront en mesure de résister pacifiquement à la stratégie de la peur déployée par l'État espagnol et de sauver le processus référendaire.

Ce matin nous avons eu un exemple de cette mobilisation pour l'exercice du droit de voter. Nous avons rencontré la Vice-secrétaire générale de l'Union générale des travailleurs de Catalogne qui est la centrale syndicale la plus importante. Laura Pelay i Bargalló nous a expliqué que le rôle d'un syndicat n'était pas de faire de l'action politique et que son syndicat ne pouvait pas se prononcer sur le choix référendaire même si les dirigeants avaient l'intention de voter OUI. Mais cette centrale syndicale participe à une table de concertation de la société civile où se retrouvent les syndicats les associations patronales, les organisations culturelles, étudiantes, etc. qui préparent des contre mesures pour que les bureaux de scrutin soient ouverts et accessibles dimanche matin. Ils militent pour le respect du droit à l'autodétermination du peuple catalan. Ils ont créé un mouvement appelé « Écoles ouvertes » qui organisent durant la fin de semaine des activités pédagogiques et culturelles qui garantissent que les écoles resteront ouvertes. Il y aurait 60,000 personnes qui se sont inscrites pour tenir ces activités. On profite aussi du fait que le 1er octobre sera la journée internationale de la musique pour organiser des concerts qui auront lieu dimanche matin ce qui permettra de garder divers amphithéâtres ouverts.

Même si ces actions d'auto-défense démocratique réussissent, l'action répressive de l'État espagnol aura tout de même un effet délétère en détournant le sens du vote référendaire de son objectif initial. Beaucoup de Catalans iront voter pour défendre la démocratie et pas seulement pour accéder à l'indépendance. Certes, les partisans du OUI pourront soutenir que les deux vont de pair et qu'on ne peut les départager, mais les adversaires pourront rétorquer, surtout si le taux de participation est mitigé, que le vote pour l'indépendance n'est pas clair. Le 2 octobre commencera la bataille de l'interprétation des résultats.

Partager:

Politicologue, professeur et essayiste, Denis Monière est docteur en science politique de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Militant au sein du Rassemblement pour l'indépendance nationale (RIN) et du Parti québécois, il fonde le Parti nationaliste du Québec en 1983. Il est aujourd'hui professeur titulaire au département de science politique de l'Université de Montréal.

Des idées claires

Notre programme

Prenez le temps de lire notre programme politique afin de vous faire une idée sur ce qu'Option nationale peut faire afin de rendre le Québec plus fort et indépendant.

Toujours en mouvement

Notre équipe

Option nationale est composé de militants de partout au Québec, tous animés par des objectifs communs : promouvoir et réaliser l'indépendance du Québec!

Contributions militantes

Notre blogue

Vous trouverez sur ce site des textes argumentaires et d'opinion sur des sujets variés qui démontrent l'urgence de prendre notre avenir en main et de réaliser l'indépendance du Québec.